Comme certains d’entre-vous le savent, j’étais hier au Main Square Festival à Arras dans le Nord-Pas-de-Calais ! Mon premier festival qui n’est pas entièrement dédié à la musique électronique mais beaucoup d’artistes m’intéressaient : Limp Bizkit, Linkin Park – sans oublier The Chemical Brothers et notre SMASHEUR.
Accompagné de ma chérie, nous sommes partis à 11H pour un trajet de 3H30 via la Belgique ! Arrivé dans les environs d’Arras, un premier panneau autoroutier indique la sortie à prendre pour se rendre au festival, l’organisation s’annonce plutôt bien ! Une fois arrivé dans Arras, nous suivons les panneaux qui indiquent le parking du camping B … jusqu’à ce que les panneaux disparaissent. Après avoir tourné une petite dizaine de minute à la recherche de ce parking, je demande à membre de l’organisation qui s’occupe de parquer les voitures sur un parking en ville, il m’explique rapidement le chemin (avec l’accent ch’ti, bien sur hein). J’avoue que sans son aide, je n’aurais certainement pas trouvé. Il y avais un « vide de signalisation » dans la ville, j’ai trouvé ça dommage mais finalement, je me dis que par rapport à d’autres festivals qu’on a pu faire en France, c’est pas si mal.

Une fois arrivé sur la zone de parking, on se rends compte, que le parking, ce n’est rien d’autre que la rue … trouver une place dans les petites ruelles d’Arras alors qu’il y a des milliers de personnes sur le camping, c’est pas évident ! Finalement, au bout de quelques minutes, place trouvé, on prends le chemin du camping à pied. Quelques minutes de queue pour récupérer le bracelet du camping, un petit tour aux toilettes de chantier qui était équipés de chasse d’eau (je tiens à préciser ce point, car on a pas l’habitude d’avoir des toilettes « propres », cf. Nature One :mrgreen: )
On entre sur le camping, où une petite fouille nous attends, pas de fouille au corps mais surtout une vérification des sacs pour vérifier si les règles du camping était respecté. Accueilli par une hôtesse qui nous indique où nous placer, on installe rapidement (2 sec – Quechua) notre tente et on prends le chemin du festival !

Des navettes attendaient les festivaliers, une navette tous les 15 minutes. Un petit coup d’oeil sur Google Maps m’indique que la Citadelle ne se situe qu’à 11 minutes à pieds du camping, décision est prise de profiter un peu du soleil nordiste et d’y aller à pied !

Nous y voilà enfin, devant les portes – ou plutôt forteresse – du festival. Une petite fouille, scannage des tickets et c’est parti pour découvrir la Grand Place et la Citadelle d’Arras ! Passage devant la deuxième scène « GreenRoom Session » obligatoire pour se rendre à la scène principal situé quelques dizaines de mètres plus loin. J’ai vraiment été impressionné par la taille et la qualité des scènes !

Nous arrivons juste à la fin du concert de « THE GASLIGHT ANTHEM« , le temps pour nous d’aller chercher des tickets boissons et de prendre nos marques. Le prix des consommations étaient plus que correct, 3€ le Coca / Ice Tea / Fanta en bouteille de 50cl | 2€ la bouteille d’eau 50cl | 3€ (+1€ consigne) pour une bière ou despé de 25cl et 5€ (+ 1€ consignes) pour les bières en 50cl. D’ailleurs, c’est la première fois que je vois un système de consigne en France, mais c’est clairement un bon point. Ça limite le jet des gobelets par terre, maintenant il faudrait l’appliquer à toutes les boissons.

Voilà pour l’organisation générale, passons à la musique et au concert.
Nous nous fondons dans la foule déjà présente pour la prestation de SHAKA PONK, groupe qu’on ne connaissait pas mais comme nous attendions LIMP BIZKIT qui passaient après eux, nous avons décidé de rester sur la grande scène … et nous n’allons pas être déçu.
SHAKA PONK, c’est un groupe Rock – Electro avec un chanteur (complètement fou) et une chanteuse qui sont accompagné d’un bassiste / guitariste /batteur et un synthé (qui apporte la touche electro) ! Une bonne surprise pour démarrer le festival, après écoute de leur dernier album aujourd’hui, nous avons eu le droit à une grande partie de celui-ci :

Image de prévisualisation YouTube

Il est 18h35 quand ils terminent leur concert avec un bain de foule pour le chanteur ! Et voilà que LIMP BIZKIT va arriver … mais d’abord 40 minutes de pause, comme entre chaque concert durant le week-end ! Un des inconvénients d’un festival « rock », le temps de reconfigurer toute la scène (changement du matériel, ajout des élements de décors propre à chaque groupe, …). Durant cette pause, durant laquelle nous n’avons même pas le droit à une musique de fond (sauf entre Linkin Park et The Chemical Brothers), certains dégainent iPod et écouteurs, quand il n’y en a plus, y en a encore !

LIMP BIZKIT arrive enfin. Un des groupes que j’attendais, ils nous ont fait revivre leur plus grand succès comme Behind Blue Eyes ou encore Take a look around (la B.O. de Mission Impossible) mais aussi des titres dont je ne connaissais pas les noms … étant donné que cela fait un petit moment que je ne suis plus le groupe. L’ambiance était là, le mix « rock » et « rap », c’est un bon cocktail et le public était vraiment à fond dedans : slam, pogo, sitdown … certainement la meilleure ambiance de la soirée !
Le chanteur aura même le mérite d’avoir lancé une Marseillaise, la classe !

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Nos estomacs commencent à se faire entendre, il est temps d’aller chercher de quoi manger. Direction la deuxième scène, où nous nous installons avec un petit encas à 6€ … j’ai trouvé le prix de l’alimentation très élevés ! Par contre, il y avais de tout en nourriture : chinois, kebab, frites (dans le nord – logique), argentin, …

On s’installe aux abords de la GreenRoom pour manger et se reposer un peu, alors que SELAH SUE occupe la scène. C’était sympa, ça s’écoutait en fond mais rien de bien exceptionnel ! Tandis que Queens of the Stone Age termine sur le grande scène, nous nous dirigeons vers celle-ci pour aller voir le groupe qui nous a fait venir jusque là : LINKIN PARK !
On était pas les seuls à être venu pour eux, c’est sur, du monde il y en avais … on a eu du mal à se faire une place dans la foule malgré les 40 minutes de pause (où les gens vont se ressourcer … en général). On s’est retrouvé assez au fond, c’est dommage mais on s’y attendais un peu lorsqu’on a quitté cette scène pour aller manger.

LINKIN PARK arrive avec 10 minutes de retard pour leur show, je parle bien de show puisque le concert était associé à un show vidéo (controlé par le DJ) et un show light de grande qualité !
Musicalement c’était mon concert préféré, nous avons eu le droit à des titres du dernier album mais aussi aux classiques que nous devez tous connaitre : Numb, In The End ou encore What I’ve done ! Un peu déçu par contre du côté humain, très très peu de communication avec le public, ils ont fait leur concert et sont partis : dommage.

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Après LINKIN PARK, qui était la tête d’affiche du premier jour, c’est « THE CHEMICAL BROTHERS » qui sont attendus sur scène (bien évidemment, toujours 40 minutes après la fin du dernier concert). L’artiste électronique de la grande scène dont nous connaissons tous au moins un titre ! Les voilà enfin, il est 01H05 lorsqu’ils commencent leur show, qui est tout simplement monstrueux. Ils enchainent les titres, qui sont d’une puissance incomparable, j’ai senti – pour la première fois de la soirée – mon intérieur vibrer et qu’est ce que c’est bon !
J’ai reconnu trois titres (n’étant pas un spécialiste du duo) : Hurricane / Swoon et le fameux Hey boy – Hey girl

Image de prévisualisation YouTube

Visuellement le show était vraiment terrible : écran LED, laser, lyres, stroboscopes : tout étaient synchronisé avec la musique.
Un détail qui m’a vraiment prouvé que le show était millimétré c’est lyres à LED derrière l’écran à LED qui accompagnaient les formes qui se dessinaient sur l’écran, le tout en adoptant les bonnes couleurs.

Il est 02H lorsque nous décidons de quitter la grande scène pour aller faire un petit tour chez le tennis-man et footballeur MARTIN SOLVEIG.
La scène était à son effigie : filet de tennis, chaise d’arbitre de tennis et banderole SMASH. J’ai trouvé ça vraiment très sympa :D

Image de prévisualisation YouTube

Il commence à 02H15 avec « Hello » pour enchainer directement sur « Ready 2 Go! », pour continuer avec les titres qu’il a l’habitude de jouer partout où on le voit. Il n’est pas comme Guetta, qui lorsqu’il joue en France, s’empresse de faire la promo de son album en passant une fois (ou plus) tous les titres de celui-ci.

Nous quittons ce festival sur Congorock – Babylon quelques minutes après le début du set de Martin, le froid du Nord à eu raison de nous (quelle idée de s’habiller en short chez les ch’tis, franchement !)
Comme lors de l’aller, nous optons pour la marche pour rejoindre le camping, vu le monde qui attendait les navettes je pense que notre choix était judicieux. Un petit passage à la voiture pour récupérer quelques affaires avant d’aller s’installer dans la tente sur un camping nu de musique … mais pas de gens « heureux » qui parlait /rigolait all night long. Notre nuit n’était pas beaucoup plus reposante qu’une nuit passé à Kastellaun (ndlr : Nature One) ! Couché aux alentours de 03H pour un réveil dans une chaleur étouffante à 08H.
Petite surprise au réveil, une âme charitable avais posé une bière Jupiler fermé devant notre tente :mrgreen:

Le temps d’aller se débarbouiller et de ranger nos affaires, il est 09H30 lorsque nous prenons le chemin du retour … qui n’étais pas des plus reposant, la fatigue se faisait sentir ! Arrivé dans notre petit village frontalier vers 14H :)

Au final, c’est plein de souvenir que nous sommes revenus de notre premier Main Square Festival ! L’organisation était vraiment super, les prestations techniques top et les artistes terrible. Je pense que l’année prochaine, j’aurais un oeil impatient sur la line-up de ce festival, que je conseille vivement ! Le Main Square est la preuve qu’en France, nous pouvons faire des choses aussi bien qu’ailleurs :)

Un petit mot sur le public : très variés (des jeunes, des enfants, des adultes en nombre) et essentiellement là pour la musique ! Je n’ai vu aucune bagarre et les gens étaient courtois : à noter pour un festival en France.

Merci à ceux qui ont eu le courage de tout lire, c’était pas mince affaire :mrgreen: Je souhaitais vous faire partager cette expérience.
Rendez-vous l’année prochaine pour une nouvelle expérience « rock’n’roll » !