Nature One Report

Ce week-end s’est déroulé la 14ème édition du désormais célèbre festival « NATURE ONE« . Baptisée du nom de « wake up in yellow » cette édition s’annonçait être un excellent cru, rien qu’au vu de la line-up ! TranceDJs était présent et pour votre plus grand plaisir, nous vous permettons de revivre cette NATURE ONE comme nous l’avons vécu. Voilà le compte-rendu officiel de la TranceDJs Team. Bonne lecture à tous.


Journée n°1 :

Après de longues semaines d’attente et une dernière semaine de préparation intensive le jour J était enfin arrivé. L’édition 2008 de la Nature-One est sur le point de commencer. C’est avant même 9h du matin que nous nous sommes donné rendez-vous chez Kirgu pour le départ. On termine de charger les voitures (non sans difficultés) et nous y allons.
Membres présents :
Arnaud, Christophe, Marie-Jordane, Rémi, Geoffrey, Thomas, Hervé, Anne et Guillaume, Elodie, Mathieu, (Val & Marc).

Une petite halte au KFC de Sarrebruck afin de récupérer Elodie et Mathieu qui seront de la partie avec nous. Le temps de faire les présentations et de délester un peu nos voitures surchargées et en route direction NATURE ONE !
Le voyage se déroulera sans encombre, si on oublie le freinage d’urgence de Geoffrey et son réflexe de pilote pour éviter la 307 du Groupe. Oufff !!
11h30 : Arrivée au camping. On paye les 12€ par personne et on prend place au beau milieu d’un champ de blé. Déjà nous nous rendons compte de l’ampleur de l’événement. Le camping parait immense et la musique résonne de partout, tous les styles sont représentés parfois avec du matériel impressionnant pour des install perso. Nous cherchons un emplacement correspondant à nos besoins en termes d’espace. Puis sans trop tarder nous installons à notre tour notre petit campement : une tonnelle de 6 mètres par 3 entourée par 5 petites tentes.

Camping TranceDJs
Campement Trance-DJs

Un peu après midi notre petit coin du paradis sera opérationnel et prêt à accueillir Trance-DJs pour un week-end qui va devenir riche en événement. Nos estomacs s’impatientent et Arnaud se charge alors d’allumer le premier barbecue du week-end. C’est alors qu’un festivalier barbu aux allures de Fidel Castro fit son apparition. Il demanda au groupe si nous étions français et posa ses affaires, en ayant bien l’intention de passer tout le festival (du moins la partie camping) à nos cotés. Apparemment il était entrain de faire un tour d’Europe et s’arrêtait dans les festivals. Il revenait de Slovénie, était passé par Amsterdam avant de venir à Kastellaun et dimanche il repartait pour Munich d’après ces dires.

BenTal
Ben ou plutôt Axel.

Une fois rassasiée la Trance-DJs Team ne se reposa pas sur ces lauriers et entama la mise en place de la piscine, même si le temps mitigé ne l’imposait pas. Il n’y avait même pas encore 2cm de flotte qu’il y avait déjà un trou dans le fond ! Nous remercions de tout cœur nos voisins luxembourgeois qui nous ont prêté un morceau de gros scotch qui aura comblé cette fuite et qui aura tenu durant toute la durée du festival. Ce n’est qu’après de longs et éprouvants aller-retour et à l’aide d’une petite caisse à bois que nous pouvions en profiter pour nous rafraichir quelque peu.

Hervé & Kirgu
Hervé et Guillaume de corvée de remplissage de piscine

Le reste de l’après midi se déroulera encore et toujours dans cette ambiance, entre trempette dans la piscine, quelques passes avec une balle de foot, visite du camping…Bref chacun y trouve son compte et s’amuse à sa façon.

Camping NatureOne
Camping vu du ciel

Vint ensuite l’heure du fameux rendez-vous donné pas Be-Dance au stand Bass Tour, que nous avons longuement cherché, en vain. D’après certaines personnes ce stand n’existerait même plus, du moins l’emplacement sur lequel il était les années précédentes est resté vide.
Nous sommes donc revenus à notre camp de base pour manger une dernière fois avant de se mettre en route pour la Raketenbasis Pydna une ancienne base militaire transformée pour l’occasion en un véritable paradis de la musique électronique.
En arrivant nous avons eu droit à un peu d’attente (rien de dramatique), forcément il était entre 20h et 21h, heure de commencement du festival. Encore quelques minutes d’attente afin de récupérer nos bracelets nous permettant de sortir et de rentrer aussi souvent que désiré du festival en lui-même, et nous voilà enfin plongé au cœur de l’événement.

Festival NatureOne
Vue d’ensemble du festival

On admire la décoration vraiment sympathique de l’Open Air Floor que l’on avait uniquement vu en photo jusqu’à présent et on se rend compte que c’est vraiment bien agencé. Kyau & Albert sont aux platines à ce moment là, on s’attarde pas trop, car ceux déjà présents l’année dernières veulent faire visiter aux autres l’immensité de la base. On passera par le Tunnel Trance Force, club dans un bunker qui joue un peu prêt ce que nous écoutons le plus couramment pour nous faire bien exploser les oreilles et faire vibrer nos organes. Durant la soirée nous avons donc pu admirer les performances de Joris Voorn, ATB, Ferry Costen, Etrawelt, Tiësto et bien d’autres encore. Vous pourrez lire les différents avis sur le topic correspondant.

ATB
ATB

Outre les performances des différents djs, notons le light show à couper le souffle. Les photos et les Vidéos confirmeront mes dires.

Lightshow
Lightshow
Light Show

C’est au beau milieu du set de Ferry Costen, qui soit dit en passant était énorme (avis personnel), que nous apprenons que Valentin (qui avait encore travaillé vendredi) a quelques problèmes pour trouver Kastellaun. C’est grâce à Arnaud qu’il trouvera finalement la route du festival. Nous serons alors à 12 le lendemain matin.
C’est vers 4h que l’on décide d’aller se ressourcer à notre campement. Une partie du groupe décidera de se reposer, tandis que 4 motivés retourneront sur la base afin d’y rester jusqu’à 6h, arrêt de la musique ce samedi matin. On voyagera de scène en scène afin de découvrir un peu de tout, de la musique calme comme la house ou la trance jusqu’au hardcore ou hardstyle, tout le monde y trouve son compte dans ce genre de rassemblement et je pense que c’est aussi pour cette raison que ce festival est si populaire. 6h a sonné, les vigiles font signe aux DJs d’arrêter la musique et on nous donne rendez-vous pour samedi soir. Retour au camping pour 6h30.

Journée n°2 :
9h : Après une nuit de 3 à 4 heures, la team se réveille peu à peu et on se remémore les meilleurs moments de la veille. C’est l’heure du petit déjeuner et du rafraichissement matinal. Quelques verres de jus d’orange pour prendre des vitamines et tout le monde se rassemble autour de la table dans une ambiance très conviviale. Les allemands aux alentours, très polis, nous saluerons à chaque fois qu’ils passeront à coté de nos tentes : « Servos » qu’ils disaient.
C’est alors qu’une femme retient notre attention par ces mots « Mais ya pas de français sur ce putain de festival de merde !!! ». Interpelé, nous disons que nous sommes français et que ce festival est loin d’être merdique. Rassuré d’avoir enfin trouvé des français, elle prend place sous la tonnelle et nous raconte ses mésaventures ; Elle s’était en fait perdu sur le camping (qui je le rappelle est immense) et que ça faisait plus de 10 heures qu’elle recherchait désespérément sa tente, elle n’avait rien sur elle (ni portefeuille, ni portable, ni quoi que se soit d’ailleurs) et ne connaissait pas non plus les numéros de portable de ses amis. Tout ce qu’elle savait c’est que sa tente se trouvait juste à coté d’un stand avec je cite « plein de platines ». Elle s’était aussi fait arrêter par la police avant de venir et aurait reçu une amende de 650 €…Tout ça dans un vulgaire vocabulaire rythmé de mots pas très commodes…. Nous étions dans l’impossibilité de lui apporter de l’aide, et elle se remit donc en route.


Trempette le samedi après midi

Ce n’était que le début d’une longue journée de fête et de délires en tout genre, tout en se dorant la pilule. Lors de cette après-midi nous avons notamment fait la connaissance de Gaël et Céline, deux marseillais à qui nous avons donné rendez-vous vers 20h pour boire l’apéro avant d’aller tous ensemble à Racketenbasis Pydna. Si vous passez par là, merci a vous pour le pastis et de nous avoir fait découvrir Dave Clark, on serait vraiment passé à coté de quelque chose.
La mauvaise nouvelle de ce début de journée est que la batterie de la 307 à lâchée prise. Le petit frigo branché à l’allume cigare a, en une nuit, réussi à complètement décharger la batterie. Aucune des 3 voitures n’était équipée de câbles, mais par chance Marc, qui devait nous rejoindre dans la journée n’était pas encore parti de chez lui et en à donc embarqués. Problème résolu.
Marc et Vince un pote à lui, nous on rejoint dans l’après-midi, nous étions alors un bon petit groupe de 14 personnes à fêter et délirer durant tout le reste de la journée.
Comme délire nous retiendrons, l’homme à la brosse à dent géante, le réveil difficile de Chris (au sifflet), le squattage de Nicolas, le belge qui essayait de vendre des billets sur le festival, mais il s’est vite rendu compte que tout le monde en avait déjà un ! Un voisin allemand, Tommy, qui voulait jeter un de ces potes dans notre piscine ! Ou encore l’attentat manqué de notre ami ‘Ben’. Nous retiendrons aussi différentes rencontres durant cette après midi, entre Nicolas le Belge, Gaël le Marseillais ou encore Tommy l’allemand, l’ouverture d’esprit des gens présents à ce festival est vraiment impressionnante et je n’ai vu nul part ailleurs ou le contact était si facile avec les autres. Peut être du au fait que les gens soient tous rassemblés autour de l’unique passion qu’est la musique électronique.


L’homme à le brosse à dents géante

La piscine sera également mise à rude épreuve durant cette après midi, presque tout le monde s’y est allongé, ou même plongé ! C’était vraiment une bonne idée de la prendre car ce fut l’attraction du jour sur le camping, elle a en même temps pris une drôle de couleur, malgré le peu d’eau qu’il y avait, on ne voyait plus le fond !
20h : nous nous rassemblons tous sous la tonnelle pour boire un dernier coup avant de rejoindre le festival. Un dernier apéro auquel était convié beaucoup de monde, la trance-djs team (14 personnes) nos amis marseillais, et nos voisins allemand.
21h30 : Nous prenons tout doucement le chemin du festival. Nous arrivons vers 22h sur les lieux, et après un petit arrêt à l’Open Air Floor, on se dirige vers le Century Circus pour apprécier la performance de Dave Clark. Puis le groupe se sépare, certains restent au Century, d’autres vont au Tunnel Trance Force, au stand Reverse ou encore à l’Open Air Floor, pour admirer des djs et djanes comme Sven Väth, DJ Dean, la charmante Deejane Kim, Paul van dyk, Armin Van Buuren, Coone ou encore Dominik Eulberg. Tout comme pour les sets du vendredi Vous pourrez lire les différents avis sur le topic correspondant.

Paul Van Dyk
Paul Van Dyk

Le samedi soir est aussi le soir du feu d’artifice en même temps que la prestation de la Nature One Inc. Sur l’Open Air Floor. En voyant les premiers feux d’artifice tirés, nous nous dirigeons vers l’Open Air Floor, pour en même temps profiter des hymnes des dernières éditions du festival. Mais la foule était bien trop dense et nous n’avons pu nous approcher du Floor. Nous avions donc la mélodie des différents hymnes mélangés aux basses du Tunnel Trance Force. Et je ne sais pas si c’était du à la pluie, mais le feu d’artifice n’avais rien d’exceptionnel.

Feu d'artifice
Feu d’artifice

Ce soir là, la pluie est donc venue jouer les trouble-fêtes. En plus de forcer les gens à se ruer sous le moindre abri elle nous aura aussi cassé le moral au point qu’une partie du groupe a préféré retourner au camping lors du début du set d’Amin Van Buuren. Un petit détour par le stand de Pizza et nous nous reposons un petit peu, mais quitter ainsi le festival nous avait laissé un petit gout amer.


Photos de groupe au Century Circus

4h : C’est à quatre que nous retournons une dernière fois sur le festival. On croisera Remixx et Tom, les deux seuls à avoir apprécié pleinement le set d’Armin malgré la pluie. Eux iront se reposer alors que nous allons encore nous éclater un peu. Un petit tour de toutes les scènes, un arrêt au Cocoon, pour voir Pig & Dan où nous verrons des gens bien déchirés, puis un arrêt sur l’Open Air floor pour Westbam.

Westbam
Westbam

A 6h, alors que nous ne tenons presque plus sur nos jambes, nous décidons de prendre le chemin du retour avant un dernier détour par le stand de poster officiel. Après avoir attendu que le camion merde nettoie les toilettes on ira faire nos besoins dans une odeur bien désagréable et se demande même comment ces gens font pour pouvoir faire ce job
6h30 : on arrive à nos tentes, on mange quelques brioches accompagnées de quelques verres de jus d’orange et on se couche. Nous avions alors bien mérité notre repos. Bonne nuit !

Journée n°3 :
8h : Arnaud, le dernier couché et le premier réveillé, commence déjà à ranger un peu. Puis Marc l’appelle pour qu’il vienne chercher les câbles de batterie. Tout le monde dormait encore, et ne voulant réveiller personne c’est seul qu’il refait un aller-retour du camping au festival. Il revient, il est 9h et tout le monde dort encore. Il commence alors à ranger. C’est vers 10h que le reste de la Team se réveille en douceur et aide peu à peu à tout remballer.
12h30 : Tout est rangé, le départ est imminent. Nous aurions aimé que ce festival ne s’arrête jamais, malheureusement toutes les bonnes choses ont une fin.
Pour ce qui est du retour nous étions prévenus, pas mal de fly et affiches disaient « Achtung Polizeikontrollen ! », attention aux contrôles de police pour ceux qui n’auraient pas compris et à ce moment là, on était loin de se douter de ce qu’il allait arriver dans les minutes à venir… La voiture d’Arnaud et celle de Geoffrey se feront donc arrêter une demi-heure après avoir décollé à peu près. Nous n’avons rien à nous reprocher étant tous clean que ce soit niveau alcool ou niveau drogue. Le contrôle d’Arnaud s’effectua relativement rapidement, en 3 minutes le tout était réglé et il a pu repartir. L’autre voiture par contre est restée un peu plus longtemps, Geoffrey à eu droit à un test d’urine et Kirgu à une fouille minutieuse. Ils n’y sont pas allés de main morte les flics allemands ! On reprend notre route en direction de la Moselle, on dira au revoir à Elodie et Mathieu qui ont eu le courage de se joindre à nous durant ce week-end de folie. Un petit passage chez Kirgu pour décharger les affaires appartenant à chacun.
15h : Arrivée au Home sweet home, des souvenirs plein la tête, il faut alors commencer à rédiger le CR pour ne rien oublier.

Quel week end de malade ! A l’année prochaine Kastellaun !

NATURE ONE

NATURE ONE 2008 – WE WOKE UP IN YELLOW.

Vous pouvez retrouver nos photos dans la galerie:
*Camping: Voir
*Festival: Voir